Le télétravail est-il de droite ?

A la lecture du document “Révolution numérique, le meilleur reste à venir” que l’UMP vient de mettre en ligne en vue de l’élection présidentielle de 2012, on peut être surpris par la place importante accordée au “télétravail” (avec 4 “propositions” spécifiques). Ce qui m’amène en ce début de semaine à poser la question (volontairement provocatrice) suivante : le télétravail est-il de droite ?

Certains éléments semblent plaider pour cette thèse. Ainsi si l’on revient sur “l’histoire” du télétravail, on remarque que cet “objet” apparu dans les années 1960 occupe régulièrement depuis cette époque le devant de la scène médiatico-politique à l’occasion d’éléments extérieurs conjoncturels (exemples récents avec la grippe A H1N1, l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll etc…) et/ou de la publication de rapports administratifs qui lui sont consacrés. Si le “rapport administratif”, dont la Cinquième République est friand, est un genre particulier qui vise à établir un “consensus” sur un sujet donné, on remarque tout de même que les principaux rapports qu’il est courant d’évoquer dans ce domaine sont tous le fait de personnalités plutôt situées à la droite de “l’échiquier politique français” (selon l’expression consacrée).

Il en est ainsi du député Gérard Braun, affilié alors au RPR, qui publie en 1980 un rapport intitulé Impact de la télématique sur le travail à domicile. En 1993, c’est au tour du chiraquien Thierry Breton de publier Le télétravail en France. Situations actuelles, perspectives de développement et aspects juridiques. En 2006, c’est le député Pierre Morel-à-l’Huissier, encarté à l’UMP, qui s’intéresse à la question avec Du télétravail au travail mobile : un enjeu de modernisation de l’économie française. Enfin, le rapport le plus récent (Le développement du télétravail dans la société numérique de demain) a été réalisé par le Conseil d’analyse stratégique (à ne pas confondre avec le Conseil d’analyse de la société…) à la demande de Nathalie Kosciusko-Morizet, membre de l’UMP et alors Secrétaire d’État à l’économie numérique dans le deuxième gouvernement de François Fillon. Aussi, on peut relever la présence du télétravail dans le plan France Numérique 2012 élaboré par Eric Besson en 2008 et rappeler la proposition de loi “Pour faciliter le maintien et la création d’emplois” déposée en 2009 par le député UMP Jean-Frédéric Poisson, proposition de loi qui visait entre autres à donner un véritable cadre légal au télétravail.

S’arrêter à cette énumération et conclure ici serait évidemment grotesque en raison d’une part d’un “effet de contexte” (avec sur la période considérée une majorité présidentielle bien plus souvent à droite qu’à gauche) et d’autre part d’un raisonnement reposant sur une sorte de “fiction juridique” dans ce sens qu’est considéré comme seul auteur le signataire “officiel”, ce qui amène à minimiser le rôle des contributeurs ainsi qu’à effacer les éventuels conflits ou tensions qui ont pu s’exprimer lors de l’élaboration du document. De plus, je ne me suis pas intéressé ici (pas encore, cf. infra) au contenu même de ces documents (bien que la plupart du temps les titres laissent clairement transparaître une vision positive du télétravail). Enfin, et c’est sans doute le point le plus important, les rapports administratifs ne sont pas des documents établis ex nihilo mais supposent au contraire une mobilisation de différents acteurs ; laquelle mobilisation permet au sujet en question de retenir l’attention de nos chères “élites”. Ainsi, dans le domaine du télétravail, on ne peut nier le volontarisme de multiples collectivités locales, associations, mouvements citoyens, cabinets d’études, entreprises, etc… dont l’appartenance politique est bien plus large : syndicats “de gauche”, écologistes, membres du Parti socialiste et bien d’autres ont défendu et défendent toujours des mesures visant à favoriser le télétravail.

Ainsi le “clivage” gauche/droite semble aujourd’hui relativement inopérant. Cela signifie-t-il pour autant que le télétravail est “apolitique” ou idéologiquement neutre comme ses promoteurs le prétendent ? La chose est en tous cas entendue pour Mme Nicole Turbé-Suetens du cabinet d’études Distance-Expert, laquelle affirme que le télétravail “n’a rien à voir avec la politique” (entretien du 16 avril 2010), et pour M. Serge Leroux, de l’Association française du télétravail et des téléactivités, qui affirme “ne pas faire de politique” et invite à voir dans le télétravail une simple “possibilité technique” (entretien du 6 avril 2010).

Si l’on prend une définition “classique” du télétravail, comme celle présente dans l’encyclopédie en ligne Wikipédia (“[le télétravail désigne] les formes d’organisation et/ou de réalisation du travail rendues possibles hors de la classique unité de temps et de lieu, par les moyens de télécommunication et l’Internet dans le cadre d’une prestation de service ou d’une relation d’emploi”), la neutralité semble en effet de mise. Cependant, cette dernière ne résiste pas longtemps à l’analyse des discours justifiant le recours à un tel mode de travail.

Une vision linéaire du développement :

Tout d’abord, le “télétravail” est bien souvent présenté par ses “promoteurs” comme une sorte d’évolution naturelle du travail ; évolution offerte par les technologies de l’information et de communication (les célèbres “TIC”) et le potentiel ubiquitaire dont elles seraient porteuses. Leur diffusion au sein de la société et du monde du travail aboutirait logiquement à transformer l’organisation du travail telle que nous la connaissons aujourd’hui en permettant notamment aux salariés de ne plus se rendre sur un lieu de travail identifié (“le bureau”). Dans la même logique, selon une estimation du CAS dans son rapport de 2009 sus-cité, le télétravail pourrait concerner 50% des salariés français d’ici 2015 ; estimation basée sur le potentiel représenté par la “classe créative” considérée à tort comme homogène.

Ainsi, à l’instar des étapes du développement théorisées par William E. Rostow, on retrouve dans la conception courante du télétravail un certain automatisme accompagné d’un déterminisme technologique, tous deux contredits par la dynamique même du télétravail qui peine à trouver sa place en France, mais laquelle permet d’opposer aux éventuels “freins” et “archaïsmes” une fin de non-recevoir (“c’est inéluctable voyons !”).

La valorisation du “travail”

En plus de cet automatisme et de ce déterminisme, le discours sur le télétravail repose sur une très forte valorisation du “travail”, lequel est présenté à la fois comme source d’autonomie, de réalisation de soi, d’épanouissement personnel et familial, etc. : discours dont la philosophe Dominique Méda a bien montré la construction historique.  Aussi, ce discours sur “le travail” fait de celui-ci une réalité unique ce qui est pour le moins discutable. L’économiste John Kenneth Galbraith (que se plaît à citer Dominique Méda) a ainsi dénoncé à plusieurs reprises l’escroquerie que revêt l’utilisation de ce terme : “[le] travail désigne à la fois l’obligation imposée aux uns et la source de prestige et de forte rémunération que désirent ardemment les autres, et dont ils jouissent. User du même mot pour les deux situations est déjà un signe évident d’escroquerie. Mais ce n’est pas tout. Les individus qui prennent le plus de plaisir à leur travail [...] sont presque universellement les mieux payés.” Où l’on se rend compte que le discours des promoteurs du télétravail est socialement très situé…

Un autre terme largement utilisé dans les discours de justification du télétravail est également un bon témoin de leur caractère socialement situé : la “flexibilité”. Dans un article publié en 2008 dans la revue Pensée plurielle, les sociologues Nicolas Marquis et Bernard Fusulier observent que les discours relatifs à la flexibilité “sont évidemment socialement situés : selon la position que l’on occupe et les moyens dont on dispose pour évoluer parmi les nouvelles règles (ou leur absence), on s’en effraiera ou on y verra une nouvelle opportunité.” Constat confirmé empiriquement par la sociologue Bénédicte Zimmerman dans une étude sur le fonctionnement d’un groupement d’employeurs où elle remarque “une différence importante [qui] s’opère entre les salariés les moins qualifiés et les autres. Les salariés les plus qualifiés [mobilisant] aisément les catégories du discours managérial”.

Ce caractère socialement situé du discours sur le télétravail, volontiers occulté par ses promoteurs, participe en quelque sorte de l’imposition d’une certaine “vision du monde”, laquelle est également très influencée par les caractéristiques traditionnellement rattachées aux professions indépendantes, à savoir notamment l’effort et la responsabilité individuelle, j’y reviendrai.

Passage du “travail” à l’”organisation”

En même temps que le discours sur le télétravail procède à une très forte valorisation du “travail”, le même discours vide ce dernier de toute substance en rejetant en-dehors de ce champ les questions les plus critiques. Ainsi en est-il de l’angoisse, du stress et de la souffrance au travail — véritables problématiques du monde du travail contemporain et du système économique dans lequel il prend place — qui ne sont pas abordés en fonction de leur réalité interne au travail (absence de reconnaissance hiérarchique, sentiment d’inutilité, contraintes techniques, difficultés des relations hiérarchiques, etc.) mais comme résultant d’éléments pathogènes exogènes : le stress est ainsi relié en priorité aux problématiques de transports avec les embouteillages, les temps de transports et… les “grèves” :

« Dans une France bloquée par les conflits sociaux, on devrait mettre un dispositif ‘sécurité télétravail’. On pourrait ainsi continuer à travailler quoi qu’il arrive. Une sorte de service minimum possible par un accès à distance à l’entreprise. »

Cyberworkers

« Dans ce pays irréformable, il existe une bonne niche de pratique professionnelle pour échapper à la prise d’otages que certaines professions exercent sur la population: le télétravail. Les électrons qui amènent l’électricité chez moi, mon ordinateur, mon téléphone ne font jamais grève. »

Laurent de Rauglaudre (consultant en management)

On retrouve à travers ces citations ce que souligne le philosophe Jean-Philippe Deranty dans un article consacré aux phénomènes de “domination” qui accompagnent le système économique actuel : “le nouvel esprit du management s’emploie à rediriger le besoin de solidarité sociale vers un investissement exclusif au service de l’entreprise” dont le rôle dans la fabrication des souffrances et symptômes est cependant négligé voire complètement occulté. Le “travail vivant” ou encore “réel” est ainsi dénié au profit de sa seule “organisation” (et de ses “organisations”) et de sa recherche d’”efficacité”, de “qualité” et de “productivité”.

Coaching et responsabilité individuelle

Dans un article publié en 2011 dans la revue Mouvements, le sociologue Didier Vrancken note le glissement de nos jours d’une question sociale “de plus en plus perçue comme une succession d’épreuves individuelles – et non plus collectives – de l’existence” : “là où les problèmes sociaux se voyaient, aux XIXe et XXe siècles, encore reliés à des mécanismes socio-économiques indépendants, apparaît aujourd’hui une volonté d’en livrer une lecture en termes plus interrelationnels, voire plus psychologiques.” L’auteur rattache cela à l’idée foucaldienne d’un “gouvernement de soi” qui invite-oblige “tout un chacun à se prendre en charge, à devenir autonome et acteur de sa propre vie.” D’où le succès du “coaching” (voir à ce sujet l’excellent ouvrage de Michela Marzano sur l’extension du discours managérial à la vie courante) ou encore du “knowledge management” dont Anne Querrien a pu montrer les méfaits, à savoir une marchandise qui se confond désormais avec l’individu, d’où une remise en cause permanente du statut de ce dernier.

Dans les discours sur le “télétravail”, très inspirés par la vision des professions indépendantes, on retrouve très bien ces idées d’organisation et de responsabilité purement individuelles. Présentées sous l’angle vendeur de l’autonomie et de l’employabilité, elles occultent cependant volontairement les transferts sur les individus de coûts autrefois supportés par les entreprises et/ou la collectivité. Ainsi Henri Schwarz note l’existence de travaux occultés par les discours promouvant le télétravail mais que le télétravailleur se voit dans l’obligation de réaliser : il en est ainsi du “net work” (entretenir son réseau social professionnel, faire de la coordination de personnes), du “boundary work” (créer, maintenir et négocier la frontière entre travail et vie privée-familiale) et du “technology work” (veille technologique, apprentissage des nouvelles techniques, choix de telle ou telle solution pour l’accomplissement de telle ou telle tâche). Pour H. Schwarz, ces travaux sont dans le cadre du télétravail transférés sur les individus, ainsi que leurs coûts qui désormais ne figurent plus au bilan des entreprises, lesquelles peuvent dès lors insister sur le “succès” de la mise en place du télétravail.

Dans le même article, H. Schwarz s’en prend à la simplification extrême que font les experts et autres consultants des “mantras” du discours managérial, à savoir la “collaboration”, la “communication”, l’”équipe”…

“Collaboration”, “réseau” et “flexibilité”

Derrière ces nouveaux mots clés du management, s’affirme la figure de la “personnalité flexible” héritée des mouvements de la contre-culture des années 60-70 et de leur opposition au système fordiste d’alors, récupérée ensuite, selon Luc Boltanski et Eve Chiapello, par le système économique afin de rendre celui-ci à nouveau tolérable voire mobilisateur.

C’est ainsi que s’est installée la métaphore du “réseau” comme nouveau paradigme du système économique néolibéral : la rigidité et la hiérarchie du système précédent sont remplacées par les relations de pair à pair ; l’aliénation, la rationalisation “dure” et les relations impersonnelles par la communication spontanée, la créativité et la fluidité relationnelle ; la mobilité étendue par les média et les TIC et enfin la standardisation par les productions en petites quantités et le juste-à-temps.

Pour de nombreux auteurs — parmi lesquels entre autres Richard Sennet, Brian Holmes et Jean-Pierre Durand —, bien loin des retrouvailles avec une “économie à taille humaine”, on a là création de nouvelles structures de pouvoir, de contrôle et de rationalisation, le tout sur un mode “doux” c’est-à-dire organisées ou entretenues pour la plupart par les intéressés eux-mêmes. Pour Jean-Pierre Durand, le management participatif, la collaboration, le réseau, etc., apparaissent “comme le cache-sexe d’une permanence organisationnelle” qu’il nomme le “taylorisme flexible” au sein duquel les TIC jouent un rôle certain : fonction “mémo-prospective” de l’informatique, réduction de la communication à sa valeur instrumentale dans les systèmes informationnels, outils de contrôle et de surveillance…

Nouveau crédo aménagement du territoire. Un rural idéalisé.

Si le discours managérial du “nouvel esprit du capitalisme” est sorti des seules entreprises pour pénétrer la vie quotidienne, il s’est aussi progressivement inséré dans les politiques d’aménagement du territoire. Ainsi Luca Pattaroni et Daniel Marco notent une modification en “profondeur [d]es formes de l’action publique, plaçant en son coeur les idées de contrat, de projet et de responsabilité.”

C’est ainsi qu’aujourd’hui dans les plans de développement ruraux visant à favoriser “l’accueil de nouveaux habitants” et qui ciblent souvent les télétravailleurs, chaque individu est bien souvent considéré comme “porteur de projet”, reprenant ainsi une expression longtemps réservée aux seuls créateurs d’entreprises. L’individu doit ainsi pour “être accepté” ou “s’insérer” faire acte d’implication et d’engagement de soi vis-à-vis du “territoire”. De plus, l’espace rural dont il est fait la promotion est bien souvent un rural idéalisé, mythifié, particulièrement calibré pour répondre aux aspirations de la population nourrie au “nouvel esprit du capitalisme” à savoir celle conjuguant idéaux écolo-libertaires et revenus du capitalisme en réseau. La quatrième planche de la bande-dessinée publiée par ACIDD sur le télétravail résume bien cela :

Les programmes de développement du télétravail en zone rural apparaissent ainsi souvent comme une politique socialement sélective : comme l’avouait en “off” d’une réunion un promoteur du télétravail, il s’agit avant tout pour les espaces ruraux d’attirer des “individus à pognon”.

Une fuite en avant ?

A la vue de l’ensemble des éléments sus-mentionnés, il semble difficile de nier l’inscription de l’idéologie du télétravail dans le cadre de pensée néolibéral, dont les principes sont aujourd’hui quasiment acceptés par tous, alors même qu’aveuglés par leurs arguments erronés (comme par exemple celui de la réduction des déplacements liés aux transports), les promoteurs pensent proposer des solutions aux défis contemporains. Aussi, sur d’autres thématiques, la mise en place du télétravail semble être une fuite en avant en faisant avec l’accélération sociale du temps et ses conséquences néfastes (dépressions, maladies..). Par ailleurs, quid du handicap quand le télétravail semble revêtir les aspects d’une intégration a minima ? Et quid du féminisme quand le télétravail semble entériner une répartition inégale des tâches domestiques ?

Références bibliographiques :

Boltanski L. & Chiapello E., Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999.
Cœugnet S. et al., « La pression temporelle : un phénomène complexe qu’il est urgent d’étudier », Le travail humain, vol. 74, 2011. [Accessible en ligne : http://www.cairn.info.gate3.inist.fr/resume.php?ID_ARTICLE=TH_742_0157]
Deranty J.-P., « Travail et expérience de la domination dans le néolibéralisme contemporain », Actuel Marx, vol. 49, n° 1, pp. 73-89, 2011.
Durand J.-P., « Critique de la rationalisation douce », Futur antérieur, n° 10, 1992.
Holmes B., « The flexible personality : for a new cultural critique », s. d. [Accessible en ligne : http://lokidesign.net/declarations/knowledge/flexible_1.htm]
Lascoumes P., « La Gouvernementalité : de la critique de l’État aux technologies du pouvoir », Le Portique, n° 13-14, 2004. [Accessible en ligne : http://leportique.revues.org/index625.html]
Lazzarato M., « Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale », La Revue internationale des Livres et des idées, n° 7, 2008. [Accessible en ligne : http://revuedeslivres.net/articles.php?idArt=271]
Marquis N. & Fusulier B., « La notion de profession à l’épreuve de la flexibilité », Pensée plurielle, vol. 18, n° 2, pp. 9, 2008.
Méda D., Le travail : une valeur en voie de disparition, Aubier, Paris, 1995.
Méda D., « Comment mesurer la valeur accordée au travail ? », Sociologie, n° N°1, vol. 1, 2010. [Accessible en ligne : http://sociologie.revues.org/237]
Panico R. & Poulle F., « Le projet comme outil de gouvernement », édité par Heller T. Études de communication, n° 28, pp. 141-155, 2005.
Pattaroni L. & Marco D., « Le nouvel esprit de la ville », Mouvements, vol. 65, n° 1, pp. 43-56, 2011.
Paturet J.-B., « Le projet comme “fiction commune” », Empan, vol. 45, n° 1, pp. 63, 2002.
Paulré B., « Introduction au capitalisme cognitif », communication réalisée lors du colloque Samizdat, 2004. [Accessible en ligne : http://tinyurl.com/paulre04]
Querrien A., « Le capitalisme à la sauce artiste », Multitudes, vol. 15, n° 1, pp. 251-261, 2004.
Revillard A., « La conciliation travail-famille : un enjeu complexe pour le féminisme d’État », Recherches et prévisions, n° 85, 2006. [Accessible en ligne : http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=18186570]
Ridel L., « Les temps du projet », Topique, vol. 86, n° 1, pp. 87, 2004.
Rosa H., Accélération : une critique sociale du temps, La Découverte, Paris, 2010.
Rosanvallon J., « Le contrôle du travail, entre réalités et perceptions : le cas de la messagerie électronique », Sociologies pratiques, vol. 22, n° 1, pp. 19, 2011.
Sennett R., Le travail sans qualites : Les consequences humaines de la flexibilite, A. Michel, Paris, 2000.
Simioni O., « Un nouvel esprit pour le capitalisme : la société de l’information ? », Revue européenne des sciences sociales, n° XL-123, pp. 75-90, 2002.
Thoemmes J. et al., « Temporalités des cadres et malaise au travail », Revue Interventions économiques, n° 43, 2011. [Accessible en ligne : http://interventionseconomiques.revues.org/1401]
Walliser A., « Le rapport « Nora-Minc ». Histoire d’un best-seller », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 23, n° 1, pp. 35-48, 1989.
Zimmermann B., « Dire la flexibilité. Entre performance et implication de soi », édité par Steuckardt A. & Honoré J.-P. Mots. Les langages du politique, n° 82, pp. 95-109, 2006.

Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Écrits / Writings and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to Le télétravail est-il de droite ?

  1. eric verdeil says:

    télétravail et syndicalisme : comme le dit Jean-Paul Rosfleder et comme le laissent aussi entendre certains éléments cités dans l’article, le télétravail peut être vu, par certains managers, comme une manière de casser de potentielles résistances collectives au travail. Même si on les casse bien sur les lieux de travail aussi et même si internet peut être, dans certains cas, un vecteur de mobilisation. Est-ce vrai pour le syndicalisme ou, autrement dit, existe t il des formes de télédéfense des télétravailleurs?

  2. Pingback: Télétravail et tiers-lieux : revue du 08/07/11

  3. Jean-Paul Rosfelder says:

    Sans être du tout “de droite” (encore faudrait-il s’entendre sur qui est “de gôche” – DSK ?), je “télé-travaille” depuis une douzaine d’années. Une chose est certaine c’est que cette forme d’isolement nous met à la merci des employeurs qui se gavent et se permettent ainsi de pratiquer allègrement une forme de “salariat” déguisé – mais plutôt que d’invectiver ceux qui se trouvent contraints et forcés d’adopter ce type d’activité (ou qui s’y plient volontiers), ne s’agirait-il pas de redéfinir et d’actualiser ce même droit du travail et, surtout, de faire en sorte qu’il soit appliqué ?
    Pour ma part, j’apprécie énormément le fait de pouvoir vivre et travailler dans une région qui n’offre aucune ou quasiment aucune possibilité d’emploi, de prendre une pause quand je le veux (la plupart du temps), d’aller jardiner, arroser une plante, tronçonner un bout de bois, ou juste me prélasser au soleil… De ne pas ajouter à la pollution en limitant mes déplacements, de laisser libre-cours à ma nature sans doute un peu misanthrope…

    Travail ou télétravail, le problème ne reste-t-il pas toujours le m^me ? Le fait qu’il faille “vendre” sa force de travail, dans une société purement mercantile où la seule valeur reste toujours le travail, et donc, en dernier lieu, l’argent qui ne cesse de nous rappeler notre dépendance totale vis-à-vis du système. Télétravail, Famille, Patrie ?

  4. Emmanuel says:

    Dans le télétravail on peut aussi voir un retour du travail à domicile, payé à la pièce, comme les ouvriers du 19ème siècle. Le télétravail donne à l’employeur tout pouvoir sur son employé tandis que celui-ci, isolé, est dépourvu de toute force collective de négociation. Enfin c’est une manière pour l’employeur de déguiser la disparition de lourdes contraintes qui pèse normalement sur lui (poste de travail, chauffage, énergie, entretien, etc) en avantage pour l’employé qui peut désormais travailler comme un esclave mais sous le regard de ses enfants.

    La coupure entre vie perso et vie pro devient impossible, la tyrannie du travail franchit la porte du domicile, tandis que les syndicats restent au bureau : pour le patronnat, le BONHEUR !

  5. Pingback: Le télétravail est-il de droite ? | Brèves du Comptoir Numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">